21/11/2011

Rire et religion peuvent-ils s'accorder ?

« Le rire est le propre de l’Homme » selon Rabelais mais est-il le propre des religions monothéistes ? Rien de moins sûr si on se réfère par exemple aux récentes polémiques soulevées par des spectacles mettant en scène le Christ, et par l'incendie des locaux, de l’hebdomadaire Charlie Hebdo. La satire provoque souvent une levée des boucliers chez les croyants, qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans.


rire, religion, humour, rabelais, spectacles, christ, charlie hebdo, satire, chretiens, musulmans, juifs, arnaud join-lambert, le rire et les religions: un couple explosif, editions fidelite, livres, coloque, theologiens, philosophes, anthropologues, humoristes, universite catholique de louvain, belgique, socialisation, haine, intolerance, mepris



Arnaud Join-Lambert est le co-auteur d’un livre publié aux éditions Fidélité sous le titre « Le rire et les religions : un couple explosif ». Un ouvrage qui fait suite à un colloque qui a réuni en 2009 des théologiens, des philosophes, des anthropologues et des humoristes à l’Université catholique de Louvain. 


Communiquer avec humour est le signe d'une socialisation réussie, même si l'humour devient conflictuel. Le problème se pose lorsqu'il s'apparente à la haine, à l'intolérance, au mépris, jusqu'à vouloir détruire l'autre.

C’est un gros plan signé Emma Jehl (Radio Vatican): >> RealAudioMP3 

25/01/2008

Priez pour la conversion de saint Paul !

C'est aujourd'hui la fête de la conversion de saint Paul. La lettre ci-dessous, a été traduite par votre serviteur de l'anglais.
L'auteur est un pasteur protestant anonyme.
La lettre a été publiée dans la revue missionnaire "World Mission" à New York. Celle-ci était dirigée à l'époque par le célèbre Fulton Sheen, alors évêque auxiliaire de New York et directeur des Oeuvres Pontificales Missionnaires (OPM) aux États-Unis.


À Monsieur l'Abbé Paul de Tarse,
Missionnaire Indépendant
CORINTHE (Grèce)

Cher Monsieur Paul,

Nous avons reçu récemment une demande de votre part posant votre candidature au service de notre société.

Notre politique est d'être aussi francs et ouverts que possible avec tous nos candidats. Nous avons fait une étude exhaustive de votre cas. Pour être clair, nous sommes surpris de voir que vous avez été capable de vous faire passer pour un véritable missionnaire.

On nous dit que vous souffrez d'une maladie des yeux. Cela constitue à coup sûr un handicap insurmontable pour un ministère efficace.  Notre conseil d'administration exige une vision de 20/20.

Nous apprenons qu'à Antioche vous vous êtes opposé au Dr Simon-Pierre, un missionnaire très estimé. Vous êtes même allé jusqu'à le réprimander publiquement. Vous avez suscité tant de problèmes à Antioche qu'une réunion du conseil d'administration a dû être convoquée à Jérusalem. Nous ne pouvons pas tolérer de telles actions.

Pensez-vous qu'il soit digne pour un missionnaire de s'adonner à un travail manuel à mi-temps ? Or, nous apprenons que vous faites des heures supplémentaires pour fabriquer des tentes. Dans une lettre à l'église de Phillipes, vous admettez qu'ils étaient la seule Eglise à vous soutenir. Nous nous demandons pourquoi.

Est-il vrai que vous avez un casier judiciaire ? Certains frères rapportent que vous avez fait deux ans de prison à Césarée et que vous avez été incarcéré également à Rome.

Vous avez causé tant de probèmes aux hommes d'affaires à Ephèse qu'ils se réfèrent à vous comme à "l'homme qui a mis le monde à l'envers". Il n'y a pas de place pour le sensationnalisme dans les missions. Nous déplorons également l'épisode grotesque de votre fuite par-dessus la muraille dans un panier à Damas.

Nous sommes consternés par votre manque d'esprit de réconciliation. Des hommes qui ont le sens de la mesure ne se font jamais lapider et traîner hors des portes de la ville, ou lyncher par des foules déchaînées.  Vous est-il jamais venu à l'esprit qu'un langage un peu plus affable pourrait vous faire gagner un peu plus d'amis ? Je joins une copie du livre de Dalius Carnagus : "Comment se faire des amis Juifs et convaincre les Grecs ?"

Dans l'une de vos lettres, vous vous appelez "l'Ancien". Notre nouvelle politique missionnaire ne prévoit pas d'engager des effectifs trop âgés.

Nous apprenons que vous avez fréquemment des visions et des rêves. À Troas, vous avez vu "un homme de Macédoine" et à un autre moment vous prétendez avoir été enlevé "jusqu'au troisième ciel", et même que Notre Seigneur s'est mis tout près de vous. Nous estimons que la tâche d'évangélisation mondiale requiert des esprits plus pratiques et plus réalistes.

Vous avez causé beaucoup de dissensions partout où vous êtes passé. Vous vous êtes opposé à des dames honorables à Berée et aux dirigeants de votre propre nation à Jérusalem. Si quelqu'un n'arrive pas à s'entendre avec son propre peuple, comment peut-il prétende servir des étrangers ? Nous apprenons que vous êtes un charmeur de serpents. À Malte, vous avez saisi un serpent venimeux dont on dit qu'il vous a mordu, mais vous n'avez pas eu de séquelles. Pffff !

Vous admettez que pendant que vous étiez à Rome, vous avez été "abandonné de tous". Les hommes bons ne manquent pas d'amis. Trois frères estimés, Diotrèphe, Démas et Alexandre, le forgeron, ont fait des dépositions affirmant qu'il est impossible pour eux de collaborer avec vous dans le cadre du programme que vous vous êtes fixé.

Nous savons que vous avez eu une âpre querelle avec un compagnon missionnaire nommé Barnabé. Des paroles dures ne favorisent pas l'œuvre de Dieu.

Vous avez écrit de nombreuses lettres aux Églises où vous avez été anciennement pasteur. Dans l'une de ces lettres, vous avez accusé un fidèle de vivre avec la femme de son père, ce qui a mis toute l'Eglise mal à l'aise, et le pauvre homme a été expulsé.

Vous passez trop de temps à parler de "la parousie du Christ". Vos lettres à la population de Thessalonique, ont été presque entièrement consacrées à ce thème. Donnez dorénavant la priorité aux questions essentielles.

Votre ministère a été beaucoup trop éparpillé pour être un succès. D'abord l'Asie Mineure, puis la Macédoine, puis la Grèce, puis l'Italie et maintenant vous parlez de partir à la chasse en Espagne. Vous devriez vous concentrer davantage, au lieu de vous disperser ainsi.  Vous ne pouvez pas gagner tout le monde par vous-même. Vous êtes juste un petit Paul.

Récemment, dans un sermon, vous avez dit : "Dieu veuille que je ne me réjouisse que dans la Croix du Christ." Il nous semble que vous devriez vous réjouir aussi de notre culture, de notre projet pastoral, de notre budget révisé, de notre programme de coopération humanitaire et du Conseil Oecuménique des Églises.

Vos sermons sont beaucoup trop longs pour notre époque.  Vous avez prêché quelque part jusque passé minuit et un jeune homme était tellement endormi qu'il est tombé par la fenêtre et s'est cassé le cou. De toute manière, personne n'est épargné après les vingt premières minutes. "Se lever, prendre la parole et puis se taire", telle est notre devise.

Le Dr Luc rapporte que vous êtes un petit homme mince, chauve, fréquemment malade et toujours tellement inquiet au sujet de votre Église que vous dormez très mal. Il signale que vous faites les cent pas autour de la maison la moitié de la nuit, pour faire vos prières. Un esprit sain dans un corps sain est notre profil idéal pour tous les candidats. Faites une bonne nuit de sommeil, et vous vous réveillerez en pleine forme.

Nous estimons qu'il est préférable de n'envoyer que des hommes mariés en service missionnaire. Nous déplorons votre politique rémanente de célibat. Simon le Magicien a mis en place une agence matrimoniale  à Samarie, où les noms de quelques très belles veuves sont disponibles.

Vous avez écrit récemment à Timothée que "vous aviez combattu un bon combat." Le mot "combat" ne sied pas sous la plume d'un missionnaire. Aucun combat n'est un bon combat. Jésus est venu, non pas pour apporter le glaive, mais la paix. Vous vous vantez d'avoir combattu "les bêtes sauvages" à Ephèse." Pour l'amour du ciel, où voulez-vous en venir ?

Il me déplaît de vous dire cela, Frère Paul, mais durant mes vingt-cinq années d'expérience, je n'ai jamais rencontré un homme aussi contraire aux exigences de notre Service des Missions Étrangères. Vous accepter serait contraire à toutes les règles de notre politique missionnaire moderne.

Sincèrement à vous,

J. Flavius Têtenlair,
Secrétaire

08:00 Écrit par Ressuscit dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour grincant, satire, mission, bible, humour, rire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer